Islands

- Wind Woman (solo ou duo) - The Seventh man - The Seventh woman - Mandala - In the night - Prologue Carlson/Perret

Création: The Seventh man Photo ©Frédéric Iovino

Genre: Danse

Public: Tout public

Mise en scène: Carolyn Carlson

Distribution: Change selon la pièce Islands

Chorégraphie Carolyn Carlson

Protected Area

This content is password-protected. Please verify with a password to unlock the content.

Le spectacle

Le solo est la forme de prédilection de Carolyn Carlson depuis les années 70 et son fameux Density 21,5 qui la fit nommer chorégraphe-étoile. Depuis elle n’a cessé d’alterner création de groupe/ballet et soli pour elle-même ou des danseurs qui l’inspirent profondément.
Il constitue pour elle la forme essentielle du travail chorégraphique. C’est le moment d’un rapport direct à la danse, la possibilité d’un retour sur soi et d’une recherche de la note ultime du geste unique et pur.
Irrémédiablement, la chorégraphe revient au solo, comme en quête de sa propre essence. Dans un monde toujours plus bavard et individualiste, qui souffre de notre incapacité à exprimer notre humanité profonde, la danse et en particulier le solo offre une communication visuelle par l’émotion, par la perception, sans le détour de la parole.

« Islands » est un ensemble de soli à choisir et à composer parmi les pièces The Seventh manThe Seventh womanMandala, Wind Woman (version solo ou duo), In the Night et Prologue Carlson/Perret, court solo de Carolyn Carlson elle-même avec Guillaume Perret en live, proposé pour quelques dates exceptionnelles :

 

Islands – Prologue Carlson/Perret


Création 2019 au Festival Artonov, Bruxelles (BE)

La chorégraphe déploie sa « poésie visuelle » dans une improvisation portée par la musique à la fois synthétique et organique de Guillaume Perret.

 « Carolyn Carlson défie le temps. Silhouette intacte, elle décrit avec ses longs bras une chorégraphie tout en poésie, comme elle le revendique. Personne aujourd’hui ne peut rivaliser dans cette maitrise du haut du corps. Les mains ne cessent de bouger, la poitrine de s’élargir ou de se refermer. Entre danse et mime,

Carolyn Carlson nous raconte des histoires. Lesquelles ? À chacun-e de se construire la sienne. Il y a bien quelques références sonores à l’écologie, enjeu majeur de l’époque, mais rien n’interdit de les ignorer pour se laisser emporter par l’ampleur du geste de Carlson. Il n’y a aucune esbroufe, aucun effet dans sa danse. Tout y est juste et infiniment drôle. »
Jean-Frédéric Saumont pour Danses avec la plume, septembre 2020

Extrait vidéo ici

Islands – The Seventh man


Solo. Création 2019

Après 10 années de collaborations fructueuses sur différentes créations, Carolyn Carlson crée aujourd’hui un solo pour Riccardo Meneghini, interprète charismatique de sa compagnie.

Inspiré par « Le septième » d’Attila JÓZSEF, poète de la révolte hongroise, The Seventh man incarne les ruptures, reconstructions et promesses du présent que chaque être humain expérimente tout au long de sa vie.
Entre rêve et réalité la gestuelle puissante, fluide et dynamique de Riccardo Meneghini, la musique organique de Guillaume Perret et les lumières abstraites de Guillaume Bonneau entraînent le spectateur dans un voyage hypnotique sur les métamorphoses intérieures qui font de nous des êtres pluriels.

Extrait vidéo ici

Islands – The Seventh woman


Création 2020 au Festival Bolzano danza

Carolyn Carlson offre une variation délicate et totalement revisité de l’ouverture de The Seventh man, pensé cette fois pour une femme. En prologue au solo de Riccardo Meneghini, Sara Orselli interprète avec grâce et subtilité les lumières intérieures émanant de nos bouleversements.
Appelant l’infini dans chaque mouvement, la danseuse nous livre un bref instant de pleine conscience.

The flowers are all droping
in the garden make your choice
before the fall
Carolyn Carlson, Brins d’herbe, Actes Sud, 2011

Islands – Mandala


Solo. Création juin 2010, Festival June Events, Paris

Un cœur qui bat, qui propulse la vie dans un corps qui à son tour ondule, virevolte. Mandala fascine le spectateur par son rythme hypnotique, accompagné avec justesse par la musique puissante de Michael Gordon.

Au cercle de l’ensō, qui symbolise à la fois l’univers et le geste artistique parfait, peut également s’ajouter la référence aux agroglyphes, ces motifs circulaires apparus dans les champs de céréales. Manifestations géométriques aux origines mystérieuses, ils apparaissent comme autant de messages émis par une force de l’esprit, peut-être venue d’ailleurs, et semblent vouloir nous rappeler la part d’inconnu qui subsiste tout autour de nous.

Sara Orselli donne corps à ce solo qui représente l’aboutissement de la complicité nouée depuis plus d’une décennie avec Carolyn Carlson.

Teaser video

Islands – Wind woman


Solo. Création juin 2011, Lodz (Pologne)

Avec Wind woman, Carolyn Carlson a choisi d’interroger le sentiment de l’éphémère. Avec Céline Maufroid, interprète de ses créations depuis plusieurs années, elle s’est mise à l’écoute des souffles qui nous enveloppent et de ceux qui émanent de notre intérieur.

Chaque être vivant, à travers sa respiration, représente une machine à créer du vent. Wind woman adresse une invitation à chacun, à écouter, à ressentir le souffle du monde et de sa propre âme.

Teaser video

Version Duo, revisitée en 2018 au Teatro Petruzelli, Bari (IT)

Le vent, qui s’écoule sans durer, peut faire preuve à la fois d’une grande douceur et d’une puissance terrifiante, ainsi la chorégraphe a choisi d’en explorer toutes les dimensions en adaptant ce solo créé en 2011 pour Céline Maufroid pour en faire « un duo » où les 2 danseuses se succèdent dans leur interprétation singulière, avec Sara Simeoni, également interprète de ses créations depuis plusieurs années. Wind women…

 

Islands – In the Night


Solo. Création 2012, Colisée Théâtre de Roubaix

Dans la nuit mille miroirs lumineux foulent nos ténèbres intérieures
Une porte ouverte sur les mystères de la réflexion

Carolyn Carlson

En images

Presse

Sujet à la télévision slovène dans le cadre de la représentation de Islands au Cankarjev Dom de Ljubljana. Interviews de Sara Orselli et Riccardo Meneghini

Critique de Prologue & The Seventh man par Nicolas Brizault in unfauteuilpourlorchestre.com

Protected Area

This content is password-protected. Please verify with a password to unlock the content.

En tournée